Ninon de Lenclos, la  » belle mignonne »

L’exemple de Ninon de Lenclos amoureuse
Jean de Tinan

XLVII

« La mort est un acte de la vie, et cet acte est le dernier » a dit Montaigne.

Dans la nuit du 17 octobre 1703, qui fut la dernière de sa  vie, Mademoiselle de Lenclos, ne pouvant dormir, écrivit quelques vers qui se terminaient ainsi : «… Je suis en âge de mourir ~ Que ferais-je ici davantage… »

« Le dix-sept octobre 1705, Demoiselle Anne Delenclos, fille majeure, est décédée en sa maison de la rue des Tournelles, âgée de quatre-vingt-dix ans environ, de laquelle le corps a été inhumé dans l’église de Saint-Paul, sa paroisse, le dix-septième du présent, en présence de Messieurs de Gourville et Arouel qui ont signé : Hérault de Gourville. Arouel. »

XLVIII

Vers le mois de novembre 1751, il fut tout à, fait à la mode, chez les dames de la cour, d’affecter la dévotion d’avoir sans cesse une tête de mort auprès de soi…

On les garnissait de rubans et de cornettes, on les entourait de petites lumières, et l’on restait de temps en temps une demi-heure en méditation devant elles…

La reine avait celle de Ninon de Lenclos… Le Marquis d’Argenson nous apprend qu’elle l’appelait « sa belle mignonne »

Ninon de Lenclos

Œuvres de Jean de Tinan (1874-1898).
> II, Aimienne / L’exemple de Ninon de Lenclos amoureuse (p. 221 et suivantes).
https://archive.org/details/oeuvresdejeandet02tinauoft

Derrière les notes. Parcours d’édition des œuvres de Jean de Tinan:

Nolwenn Pamart –  Fortune de L’Exemple de Ninon de Lenclos amoureuse. Pour mieux connaître le texte dont il est question : Quelques mots sur Ninon de Lenclos amoureuse

Blog :   La Mort au fil des œuvres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *