LSD – Léger strabisme divergent

atelier d'écriture

LSD – Léger strabisme divergent : un jeu littéraire proposé par l’équipe des Papous dans la tête: »  « Réservant au peintre la tâche sévère et contrôlable de commencer les tableaux, attribuons au spectateur le rôle avantageux, commode et gentiment comique de les achever par sa méditation ou son rêve. » Outre qu’il est toujours agréable de citer Félix Fénéon, cette phrase correspond bien à la règle de notre jeu.

Pour lancer cet atelier d’écriture, un fichier pdf vous propose quatre peintures analysées « objectivement » puis interprétées :

  • La Naissance de Vénus de Botticelli, par  Ricardo Mosner et Henri Cueco
  • La Laitière de Vermeer, par Patrice Caumon et Serge Joncour
  • Numéro 14 de Mark Rothko, par Serge Joncour et Ricardo Mosner
  • People in sun d’Edward Hopper, par Lucas Fournier et Henri Cueco.

Hommage à Henri Cueco

Henri Cueco

Les Papous dans la tête lui ont consacré une émission en juin 2017 :  » Il était une fois Henri Cueco » . Entre autres 

  • La leçon de peinture ou comment peindre un petit pois, pour les Papous en public au studio 104.
  • Comment parlent « les Glaneuses » de Millet, telles que Henri Cueco les imaginent, avec Patrice Caumon et Patrick Besnier ;
  • Des regards en biais sur  » le serment des Horaces  » de David, par Dominique Muller, François Caradec, Lucas Fournier, Vassilis Alexakis et Henri Cueco.

https://www.franceculture.fr/emissions/des-papous-dans-la-tete/il-etait-une-fois-henri-cueco-aux-papous-dans-la-tete

Un article dans le Monde diplomatique sur « La peinture, dernière valeur-refuge ?  « 

Deux cent millions de francs pour les « Tournesols » de Van Gogh, en 1987 ; 330 millions pour les « Iris » du même peintre l’an dernier… A New-York ou à Londres, des records de prix sont battus chaque fois que des pièces de grands peintres « internationaux » sont mises en vente. C’est, dit-on, la loi du marché. Quand la peinture est à ce point traitée en marchandise et fait l’objet de telles spéculations ont peut se demander ce que devient sa valeur spirituelle… On peut aussi s’interroger sur la neutralité d’un marché qui continue d’ignorer systématiquement l’œuvre des artistes du tiers-monde.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *