Jules Romains par Francis Ponge

Qualité de Jules Romains

 

D’un sexe très défini, ni grec ni latin, masculin, français, moins populaire que montagnard.

Moins gaulois que Rabelais, moins parisien que Molière, moins bourgeois que Flaubert, un peu plus sentimental que ceux-là.

Il parle à haute voix dans un air léger de montagne. Il tient à la terre par les pieds. Il n’est pas soucieux.

Sa demeure aux générations est une anfractuosité d’un confortable naturel.

Frère jovial, aîné qui tient du père.

Jules Romains. Huile sur toile (1922) de Paul Émile Bécat.
Jules Romains. Huile sur toile (1922) de Paul Émile Bécat. (Collection particulière.) Ph. Coll. Archives Larbor

Ce texte, en hommage à l’écrivain, parait en 1923 dans la revue unanimiste du Mouton blanc, fondée par Hytier sous l’égide de Jules Romains. Il s’accompagne d’un second texte Jules Romains peintre de Paris.

Conçue par Jules Romains, la doctrine littéraire de l’unanimisme s’inspire des mouvements socialistes utopistes du XIXe siècle. Elle affirme le conditionnement des sentiments individuels par l’appartenance à de larges groupes humains et se fixe pour but la description des comportements collectifs et ceux de l’individu au sein de la réalité sociale et dans ses rapports avec les autres. (Cnrtl)

L’écrivain définit ainsi son projet : « par unanimisme […] entendez simplement l’expression de la vie unanime et collective. Nous éprouvons un sentiment de la vie qui nous entoure et nous dépasse.»

Voir également sur le site Mille portraits,  d’autres portraits et autoportraits d’artistes et d’écrivains, de personnages réels ou imaginaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *