Lettres familières

Laurent Tailhade

"On ne nettoie pas les écuries d'Augias avec un plumeau."

Chamfort

Vendémiaire

édition en ligne
contact
Creative Commons
zec.fr

En Touraine, une bonne sœur, institutrice d'une institution catholique, est accusée de maltraitance envers un élève pour l'avoir contraint de manger de la merde en guise de punition.


 A Madame Sainte-Rose-du-Cœur-de-Jésus

Ogresse

 

25 juin 1903.

 

Cependant que !a Chambre, le Sénat, les commissions, les sous-commissions, la presse et les couloirs commentent la loi Waldeck, multiplient les gloses, les paraphrases, les cas de conscience, mettent au pouvoir des Congrégations une barrière en papier peint ; cependant que la casuistique parlementaire, bombinant in vacuo, émonde les projets, sarcle les amendements, puis, avec un attirail de restrictions mentales, de distinguo à la Sanchez, gravement s'interroge pour  établir  la  zone  de  nocuité  des  flamidiens ou  des      « bonnes » soeurs, hésitant sur les droits que crée aux obscurantins un costume nouveau, se demandant à quel point l'usage des bains de pieds oblitère !e cachet sacerdotal, respectueuses des droits acquis, des soixante millions que la France paie au budget des cultes, afin de participer, dit le cardinal Mathieu, à la « communion des saints », aux prières de l'Église, et patati et patata ; cependant que, noyé dans ces anémones de verbiage, l'esprit public hésite et se désintéresse, vous, madame, par un effort magnanime, vous posez en pleine lumière le droit essentiel du catholicisme d'empoisonner pour régner, de torturer les pauvres, d'abêtir les riches, de fonder sur la torture et l'abrutissement le règne du Prêtre qui ne doit pas finir.  

Votre avocat,  Me de Vauplane, qui plane comme un veau sur les jardins de la rhétorique pieuse, salue, en vous, le grand cœur, la charité, les vertus chrétiennes dont la baronne Reille et Coppée, le vieux bedeau, ne tarderont pas à nous faire un devoir, quand tous les Français libres penseurs ou juifs seront tenus d'assister à la messe. 

Les mégères du romantisme, la Thénardier, la  Chouette, ne faisaient que brouiller en comparaison de vos gestes.

Crucifier un pauvre gosse pour le mettre à mort, pour lui soutirer son argent, pour en extraire une quelconque utilité, cela peut en quelque façon et nonobstant les circonstances atténuantes sembler répréhensible. C'est pourquoi les juges, fermes soutiens de la puissance paternelle, infligent de temps à autre quelques mois de prison avec sursis aux parents trop expéditifs qui ne mirent pas à saigner leur progéniture la discrétion requise par les bonnes mœurs et le bon goût. 

Une fille-mère ne peut se faire avorter ou supprimer, à l'issue de ses entrailles, un fruit compromettant. Mais, à condition qu'ils soient mariés, un père et une mère soumettent à peu près impunément de pauvres petits de dix ou douze ans à des supplices de bourreaux chinois. C'est la famille.

Mais, dans une société dévote, pour ne pas dire théocratique, où les gendarmes étripent, où les cognes meurtrissent, où les officiers aident à canarder l' « impie », il convient que l'institutrice en cornette soit investie et glorifiée d'immunités que l'on ne saurait accorder aux géniteurs de la chair.

Aux tourments ordinaires, qui remplacent les pensums et l'obligation de copier vingt fois le verbe : « Je suis un cancre nidoreux », aux tourments par quoi les précepteurs ecclésiastiques forment l'esprit et le cœur de la jeunesse, relèvent à leur propres yeux comme au regard du monde les fils des exploités, aux sévices bénins, aux plamussades, à la bastonnade, aux coups de pied dans le bas-ventre, à l'arrachement du poil et des oreilles, vous avez ajouté, pucelle  redoutable, un trésor de gentillesses fécales, qui maintiennent parmi vos élèves la bonne odeur de Ploudaniel. 

Dangereux sont les coups. On ne peut guère  asséner  une  « correction » vigoureuse de corme ou de néflier sur les membres d'une fillette sans que l'humérus ou le tibia s'avisent de casser. Les ecchymoses offrent l'inconvénient de passer par un fâcheux arc-en-ciel, bleu, noir et jaune, qui ne laisse aucun doute sur les causes de sa pigmentation. 

Vous, madame, vous avez introduit la coprophagie dans la pédagogie et les tartines de bran dans l'éducation de la jeunesse.  

M. de Fénelon, qui n'aimait pas que les paysans accroupis au bord des chemins se relevassent pour saluer leur évoque, M. de Fénelon eût été surpris de votre méthode.

Edgard Poe imagina le système du docteur Goudron et du professeur Plume. Vous aurez, dans les âges futurs, l'honneur d'avoir, la première, appliqué le rudiment du magister Guano.

La vie des saints, dont vous faites, je pense, votre lecture assidue, abonde en exemples de ce genre, et vous avez pu trouver là-dedans toutes les suggestions nécessaires. Au lieu de proposer à leurs disciples des exemples de courage civique, de dévouement ou de beaux traits qui enflamment un jeune cœur, les manuels douceâtres où, pour l'édification de leur clientèle, hagiographes et prédicateurs mettent en ordre lesdits  mémorables,  les  comportements  des  Bienheureux     « assis à la droite du Père », ne parlent que de vermine, d'étrivières et d'excréments ingurgités. Élisabeth de Hongrie avalait son urine;, Benoit Labre ramassait les poux qui tombaient de ses haillons; Madeleine de Pazzi léchait les écrouelles. Voilà quels enseignements, quel idéal de beauté, de noblesse et de grandeur vous proposez aux hystériques agenouillés dans vos cathédrales. Montalembert, Coppée et cet imbécile d'Huysmans n'admirent aucune chose au delà de ces puanteurs. La tinette fait partie des vases sacrés au même titre que le ciboire, le calice ou l'ostensoir. 

Je me reprocherais, madame, de m'appesantir longtemps sur un pareil sujet. « De grâce, dit don Quichotte à son écuyer, laisse, laisse. De telles matières il vaut mieux ne pas agiter. »
Votre charité s'hébergeait au travers, et l'on peut dire qu'à part l'escarbot merdivore, à part les saints déjà nommés, nul être humain ne barbota dans la crotte avec de pareilles délices. Vous en gavez les enfants du peuple, à qui, pour faciliter une digestion paradoxale, ô combien! vous décernez des cinglons vigoureux. C'est un édifiant spectacle. Je n'en connais guère de plus beau, sinon l'indifférence de la foule qui, tandis que vous siégez au banc des accusés, ne veut ou n'ose pas envahir le prétoire pour vous mettre en lambeaux, vous arracher les ongles et les dents et les yeux, pour vous traîner à l'égout sous une averse de pierres et de crachats !... 

Non, vous paradez à l'audience ; un avocat vous salue et ses confrères sur-le-champ ne l'obligent point à goûter de vos tartines ! Son verbiage se déroule comme d'habitude. On vous traitera de folle ; on vous donnera les bénéfices de l'irresponsabilité. Somme toute, vous serez moins châtiée que le mauvais plaisant qui, par jeu, eût, dimanche dernier, écrasé sur la tète d'un évêque ou sur son fétiche des tomates plus que mûres, des œufs trop avancés. 

Et peut-être ne s'abuseront-ils pas tout à fait, les magistrats qui vous absoudront. Chez les abeilles et les fourmis, les vierges stériles concourent à la grandeur éternelle de la cité. Chez les hommes, elles accomplissent des rites de ténèbres ; elles s'adonnent au vampirisme le plus hideux et le plus cruel. De leurs entrailles infécondes la Haine seule peut naître encore, une fureur inextinguible contre celles qui, maintenant orphelines, seront demain épouses, amantes, mères joyeuses de robustes enfants. Vous n'avez pas de rigueur assez cuisante pour châtier la Valse des roses, la Chanson des blés d’or. Ces niaiseries peut-être vous rappellent encore la joie et le devoir que vous avez répudiés. Et peut-être ces voix enfantines vous transpercent-elles au souvenir du printemps et des roses, des moissons vertes et des bois ombreux, de votre mois d'avril qui n'aboutira jamais aux jours sacrés de messidor.

Sous vos coiffes blanches, votre face morte a des tons d'ivoire ; sur vos dents jaunes, vos lèvres blêmes se plissent en un rictus d'inclémence et de folie. Aux bras d'un petit enfant vous refusez de nouer votre vie égoïste. Le lait des tendresses humaines, le lait des amours et de la pitié ne coulera jamais plus dans vos mamelles ni dans votre cœur. Vous êtes le monstre vierge qui s'est dérobé à l'unique dette. Le châtiment de ne pouvoir être bonne pèsera sur vous jusqu'au dernier soupir.

Le tribunal de Tours oubliera ces motifs dans l'arrêt d'absolution qu’il prépare, sans doute, encore qu'il n'en soit pas de plus forts ni de plus concluants. Victime et bourrelle, vous rendez à autrui les maux dont vous avez souffert. C'est à vos exploiteurs que vont nos haines. La raison détruira d'un seul coup vos bastilles, les dogmes insensés qui vous ravalent et vous corrompent ; elle brisera les fers qui, d'une même chaîne, vous enlacent, misérables! avec les petites plébéiennes que vous martyrisez.

haut de page

Vendémiaire |design de Stylish | zec.fr |