Lettres familières

Laurent Tailhade

"On ne nettoie pas les écuries d'Augias avec un plumeau."

Chamfort

Vendémiaire

édition en ligne
contact
Creative Commons
zec.fr

Héritage invisible, véritables escroqueries.

En 1878 ,  Thérèse  Darignac épouse Frédéric Humbert, maire de Toulouse et futur  ministre de la Justice dans le deuxième gouvernement de Charles de Freycinet en 1882..

En 1879, Thérèse Humbert prétend avoir reçu une partie de l'héritage du  millionnaire américain  Robert Henry Crawford. Cette part d'héritage, qui s'avèrera   inexistante,  servira pourtant de garantie  aux Humbert  pour obtenir, sur une vingtaine d'années,  des prêts d'un montant  très  important.   

Après avoir fui la France  pour échapper à la justice, les Humbert sont arrêtés à Madrid en décembre 1902.  Au terme de leur  procès ils sont condamnés chacun  à cinq ans de travaux forcés. 

> Gallica


A Madame Thérèse Imbert

Chevalier d'industrie

 

20 août 1903.

 

Vous habitez, madame, quelque peu en amont de Saint-Cloud-Bellevue, un agréable cottage, une maison d'été que, suivant la plus familière de vos coutumes, vous n'avez pas eu la peine de payer.

Ce n'est pas tout à fait la « riante villa » dont M. Pacton (Jules) gratifie les anarchistes dans ses réquisitoires où la bêtise tresse des guirlandes à la servilité. Mais, pour une femme d'affaires qui, comme vous, a mérité souventes fois un bail à Clairvaux ou à Saint-Lazare, la Conciergerie apparaît comme un lieu en même temps confortable et distingué. Les défonceurs de thorax, les écraseurs de mâchoires, les brigades centrales qui « crèvent » les socialistes avec entrain ; les mouchards aux cols douteux, aux épingles de verre les guichetiers vernis comme des soldats de plomb, raffinent auprès de vous sur la galanterie ils vous soufflent au visage des madrigaux d'un ail qui sent les belles manières de jadis.

Leurs chefs, grands conculcateurs de manifestations révolutionnaires, lèchent la trace de vos pas comme les seigneurs de Luggdunnag, balayant avec leur langue les appartements du souverain. M. Lépine, votre excellent ami, n'a pour vous que des roses il fait mentir les acanthes de son nom quand il s'agit d'effeuiller quelques pétales à vos genoux : 

Ce soir ma robe encore en est tout embaumée.
      Respires-en sur moi l'odorant souvenir.

Chateaubriand, dans cet endroit où vous coulez une si aimable villégiature, ne connut pas tant d'égards. Il couchait dans la cellule contiguë à la « réserve » des condamnés à mort. Le parricide Benoist, lamentant « son ami obscène » peuplait de hurlements lugubres le cachot de René, criant la mort comme un chien perdu. Marie-Antoinette fut communément traitée de « veuve Capet », tandis que la police,  le  barreau, les  pouvoirs  publics  vous  donnent   du
« Madame »  comme si vous étiez archiduchesse d'Autriche ou fille d'un éleveur de porcs américain. Les robes rouges, les robes noires, les toques, les calottes, les simarres génuflectent à votre aspect. Le parquet se met en cerceau, les juges se prosternent. Vous n'avez qu'à paraître il n'est plus de magistrature assise ou debout, il ne reste que la magistrature à plat ventre, adorant dans votre personne le phantasme du Veau d'or.

La société bourgeoise, qui vous admire et vous aime, se reconnaît en vous. Elle vous est reconnaissante d'avoir imprimé ce branle grandiose à l'anse du panier, d'avoir, pendant un quart de siècle, imaginé des moyens « opérants » et communiqué l'être à des valeurs fictives en dehors de la Corbeille, du Péristyle — après trois heures, avant midi.

Cette gigantesque manœuvre de Bourse laisse bien loin derrière elle tant de mesquines filouteries des Macé-Berneau et des Rosemberg. C'est une manière de Panama à la portée des gens du monde, qui stupéfie et délecte à la fois les plus notables commerçants. 

Vendre un écu ce qui vaut trente sous, n'est-ce pas la loi fondamentale des échanges sur quoi reposent la société capitaliste, le négoce, l'économie politique, le secret des cabinets et le sentiment national ? Or, vous avez touché environ cent millions dans l'espace de vingt ans ; vous avez créé (c'est le patois de MM. les experts) une circulation d'au moins sept fois pareille somme, le tout en évoquant les pays fantastiques, les Hespérides mensongères d'un testament que nul être humain n'a pu voir de ses yeux. Vous êtes la Dame à la licorne de la Chimère des Crawford. Il n'est pas, sur la place de Paris, un tripier, un duc, un archevêque, une marquise d'Adelsward ou une Grille d'Égout qui ne fussent glorieux et charmés d'en faire autant.

Le président Bonnet joue auprès de vous un excellent personnage. « Femme une telle ! » interroge ce chat-fourré, dès que se présente à la barre une femme honnête dont la robe d'un  noir  pauvre, les  gants  excoriés, le  chapeau  des  «Quatre-Françaises» proclament l'indigence par toutes leurs reprises et leurs affaissements. Vous ne toléreriez pas ce ton même chez un garde des Sceaux. Vous traitez de haut les robins, qui ne sont pas capables d'emprunter seulement une couple de millions et qui, pour se camoufler,portent sur la tête un vase de nuit en mérinos noir.

Donc, le conseiller Bonnet prête à vos discours une oreille copieuse et non moins ; paternelle. Sans sourciller, il encaisse vos ragots, vos mensonges, vos feuilletons, que renoncerait une vendeuse de petit noir. Ce n'est plus le roman, c'est le tribunal chez la portière. Vous bonimentez avec une absence d'imagination qu'égaie à peine votre logodiarrhée. On a vu des cuisinières, des garçons d'hôtels « paumés » en faute, improviser pour leur justification des historiettes non moins topiques et beaucoup plus vraisemblables que les sornettes dont vous abreuvez,depuis une semaine, la ville et les faubourgs. Anemonæ verborum !

Mais la tâche favorite de M. le Président, celle à quoi s'acharne sa prédilection, c'est l'apologie du grand Humbert, fondateur de la dynastie et zélateur de vos emprunts.

Il n'a jamais souffert qu'on osât y toucher.

II embaume sa mémoire dans le benjoin de la platitude et le natron de l'imposture avec des soins de tarischeute. II maquille le cadavre de l'ancien ministre comme celui du pape Formose ; il thuribule devant lui. Sur votre foi, il admet que ce juriste, ce procureur général à la Cour des Comptes put croire à l'existence d'un testament qu'aucun notaire n'avait enregistré, dont aucun tribunal n'envoya le légataire en possession provisoire.

Opérez sur des gros sous et vous verrez l'accueil réservé à ce moyen de défense par les mêmes enjuponnés qui font, ici, la mine de le prendre au sérieux.

Cette comédie aux actes somnifères, où vous donnez la réplique à la vieille Thémis afin de sauver les gens en place, les gros bonnets et les façades lépreuses de la vieille baraque sociale, résume assez exactement les gestes et les pensées du monde contemporain. Larronnesse de millions, il n'est personne qui vous.jette à la face votre ignominie. Organisateur d'une escroquerie énorme, il ne se trouve pas un magistrat pour dire quel gredin fut votre beau-père. Ceux que vous avez frustrés eux-mêmes désarment, vaincus par votre impudence et votre loquacité. Vous avez l'honneur d'être imbécile par la tête ; vous jabottez comme l'épicière du coin. N'importe. Vous demeurez pour tous la « Grande Thérèse » irrévocablement. Car les faits péremptoires n'instruisent pas la démocratie, et quand le bonhomme Peuple adopte un article de foi, il n'en démord pas plus qu'« un chien du cuir graissé ». Voyez le baron Millerand. Son ministère, sa ferblanterie, ses bassesses de Compiègne, ses fusillades, ses égorgements de prolétaires, ses incarcérations n'empêchent aucunement les électeurs du XIIe de le tenir pour honnête homme et de voter opiniàtrement pour lui. Tant les pitres ont d'influence et de pouvoir sur l'antique Démos ! Cela n'a pas changé depuis Aristophane et son marchand de boudins.


haut de page

Vendémiaire |design de Stylish | zec.fr |