Lettres familières

Laurent Tailhade

"On ne nettoie pas les écuries d'Augias avec un plumeau."

Chamfort

Vendémiaire

édition en ligne
contact
Creative Commons
zec.fr

Théophile Delcassé

Pamiers, 1852 - Nice, 1923.

Député radical, Théophile Delcassé fut ministre des Affaires étrangères de 1898 à 1905 - en grande partie sous le septennat d'Emile Loubet.(1896-1906).



A son Éminence le cardinal Delcassé

Camerlingue

 

30 juillet 1903.

 

Monseigneur,

Ce fut un usage constant, sous l'antique monarchie, hélas de nos jours représentée en exil par le stupide Gamelle et par le sourd Maurras dans la ville de Quentin-Bauchard, que tous les ministres d'État appartenant à l'Église fussent investis de la dignité cardinalice et coiffassent le chapeau. L'usure, la crapule, vingt histoires propres à déshonorer Pollonnais lui-même, n'empêchèrent pas Mazarin ou Dubois d'accéder à la pourpre romaine. Au lieu de faire passer pour fol Adelsward le bardache, on l'eût bombardé prince de l'Église, la bougrerie et le mal de Naples éminentissimes n'étant pas plus rares dans le Sacré-Collège que la «sérénissime banqueroute » chez les aïeux de Sabran-Pontevès et du môme Boni.

Venu trop tard dans un monde qui feint d'avoir rompu avec ces fadaises, votre Éminence ne peut guère entretenir l'espoir de se promener un jour dans une robe écarlate avec la barrette du même et des gants couleur de grenadier fleuri. Cet ajustement conviendrait fort à votre genre de beauté, à votre air noble, à votre allure aisée, à votre ton qui ne sent la boutique ni la province et qui comble d'aise la plupart des souverains dont vous cirez les bottes pendant leur visite chez Émile I". Votre visage si distingué, vos traits aristocratiques, la noblesse de vos façons, elevés par cet écarlate, par du point de Venise et des rabats d'Angleterre, vous feraient prendre sur-le-champ pour un portrait de Van Dyck ou d'Hyacinthe Rigaud. Vous manifesteriez presque autant d'élégance que Barrès fumant un deusoutados.

Mais, ô douleur ! votre Loubet a beau aller à confesse, l'infant de Montélimar a beau s'ingurgiter le Père, le Fils et le Saint-Esprit, Mme sa mère a beau multiplier ses malpropretés de cuisinière contre la République troisième qui l'entretient à l'Élysée, Émile n'est pas un roi très chrétien, fils aîné de l'Église. Il ne descend de Clovis, de Louis IX, ni de Giulio Mazarini. Ses origines viennent de si peu qu'il toucherait pendant vingt-quatre heures les écrouelles de Quesnay sans les empêcher un moment de suppurer. 

Donc, le malheur des temps vous prive des honneurs qui vous étaient bien dus et vous ne serez jamais qu'un prélat de désir, un épiscope laïque, mais plein de dévotion. 

Le spectacle de votre piété ne cesse d'édifier l'Église. Richard, le vieux talapoin, ne peut se tenir d'en friser son naze plus vermeil que ses jupons. Vous êtes la bonne à tout faire de l'archevêché, le ramasseur de crottin œcuménique du futur conclave, le porte-coton volontaire des cucupiètres, des ratichons et des prélats. Depuis Homenas, l'évoque des Papimanes, on n'avait contemplé si dévotes génuflexions, une telle ferveur pour le dieu terrestre. Comme les gens de l'Isle Sonnante, vous baiseriez aussi le c... du père saint et tout ce que Rabelais énumère avec une complaisance rétive aux citations.

Quand vous apercevez un marchand de bénédictions vêtu d'aubergine ou de tomate, un prélat fût il évoque d'Honolulu, un chanoine fût-il Santol ou Rosenberg, vous ne sauriez vous tenir de tomber à ses pieds, de recevoir les bénédictions qu'il vous donne, heureux s'il voulait bien par surcroît avantager votre face d'un nombre de crachats illimités. Vous aimez les processions presque autant que Lépine aux yeux de safran ; vous saluez le curé Valadier, aide honoraire du bourreau, vous frétillez sur vos petites jambes lorsque défile une troupe de bedeaux, chantres, massiers et autres infirmes, portant croix, bannières, gonfanons, baldaquins, torches et bénitiers.

Quand vous vîntes de Pamiers, secrétaire de Massip, avant de plaire à Madame et de prendre la suite du patron, lorsque vous faisiez les courses de Gambetta, ramassant des épluchures de pouvoir et des miettes d'influence, vous tourniez comme un autre le couplet anticlérical. Depuis, ayant épousé une femme riche et mûre, gagné à plat ventre le palais du quai d'Orsay, vous rendez à la religion de Mme Clicquot-d'Uzès les honneurs qu'elle mérite. Vous plongez dans les piscines baptismales ce masque japonais qui vous sert de physionomie et vous rendez au catholicisme des honneurs d'une platitude exagérée. 

Cet état d'esprit, si le mot « esprit » se peut décemment employer quand il s'agit des politiciens et de leurs manigances, n'est pas une chose qui vous soit propre et n'indique de votre part aucune espèce d'originalité. A part Combes et quelques-uns qui vous donnent l'exemple de la tenue et de la loyauté, que de sous-vétérinaires entrés dans le gouvernement qui ont pris soin de ramper devant les monarques spirituels ou temporels ! Cela va du tsar au roi de Siam, d'Édouard VIl à Ménélick. Ces bourgeois se trouvent si outrecuidés qu'une tête couronnée les tienne pour autre chose que pour des domestiques ; ils portent si avant la persuasion de leur propre bassesse, qu'ils éprouvent le besoin de s'humilier, de s'anéantir quand la courtoisie ironique d'un Romanoff ou d'un Stuart condescend jusqu'à eux.

Pas un de ces laquais ne s'est trouvé assez fier de parler au nom de la France pour traiter d'égal à égal avec les hôtes princiers qui venaient quêter à domicile dans le pays qu'ils ont l'honneur de représenter. Millerand, socialiste (?), a rincé les cuvettes de Compiègne et déballé en personne le papier des water-closets. au lieu de forcer Nicolas II, le mendiant impérial, à prendre l'attitude qui convient à un emprunteur lorsqu'il parle à ses créanciers. Ils ont léché ses bottes avec un entrain dans l'infamie, une verve de dégoûtation qui laissa bien loin derrière eux les plus servi les courtisans.

Que fut l'obséquiosité d'un La Feuillade au regard de leurs flagorneries ? Le seigneur d'autrefois conservait quelque orgueil, tandis que la vanité des pleutres, cette vanité d'office et d'antichambre, se compose d'un mélange à parties égales de superbe et d'incivilité.

Vous, monsieur, vous travaillez dans la platitude sacrée. Votre échine continue le rampement du vieux monsieur Nisard, et les états de service qui vous ont illustré ne se comptent déjà plus. Le Livre jaune, la messe à Notre-Dame, où le général André vous suppédita de son panache et même de son plumet, vous ont fait connaître pour un des plus robustes soutiens de la sainte Église et de la Foi.

Le nouveau pape, celui que vous aurez contribué à élire en qualité de camerlingue civil, ne pourra faire pour votre Éminence moins que pour le jeune Warreo, cycliste chez Bailby. Vous serez duc à la fin du Conclave. Le Saint-Père, usant en votre faveur des titres métaphysiques dont la reine Isabelle (Isabella la puta) gratifiait ses amis prince de la Victoire, etc., vous nommera duc de la Savate, ou marquis de « la Humilité »).


haut de page

Vendémiaire |design de Stylish | zec.fr |