« Chacun préfère savoir quand il est né, tant que c’est possible. »

 » Chacun préfère savoir quand il est né, tant que c’est possible. On aime mieux être au courant de l’instant chiffré où ça démarre, où les affaires commencent avec l’air, la lumière, la perspective, les nuits et les déboires, les plaisirs et les jours. Cela permet déjà d’avoir un premier repère, une inscription, un numéro utile pour vos anniversaires. Cela donne aussi le point de départ d’une petite idée personnelle du temps dont chacun sait aussi l’importance : telle que la plupart d’entre nous décident, acceptent de le porter en permanence sur eux, découpé en chiffres plus ou moins lisibles et parfois même fluorescents, fixé par un bracelet à leur poignet, le gauche plus souvent que le droit.  »  – Des éclairs, Jean Echenoz.

« S’emparant de la figure, bien réelle, de l’ingénieur Nikola Tesla (1856-1943), Jean Echenoz s’octroie d’emblée la liberté d’attribuer aux conditions mouvementées de sa naissance deux conséquences : une passion pour l’électricité – il mettra effecti­vement au point le courant électrique alternatif – et un caractère « ombrageux, méprisant, susceptible, cassant ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *